Triple Négatif

Triple négatif

Mon sein, jusqu'à ce matin, tu allais bien
Mais la biopsie du médecin
N'avait pas le même refrain
Finalement, tu es malin !

Un cancer ? Mais pour quoi faire ?
Pas le temps pour toutes ces affaires
Mon sein, tu es malade
C'est une autre promenade…

Échographie, mammographie, scintigraphie
Chimiothérapie, chirurgie, radiothérapie
Tous ces maudits mots en i
Me donnent le tournis !

Après avoir reçu un tel choc
Pas envie d'aller traîner au bloc,
Pour rendre les piqûres supportables
On m’équipe d'une chambre implantable

Tel un robot, je vais aux chimios
Mes ongles et mes cheveux endurent trop,
On t'attaque à coup de grands repos
Juste ce qu'il faut vu le bobo…

Le sport à la Cami
Est devenu mon meilleur ami
Ces souffles qui sonnent à l'unisson
Sont un pas vers la guérison.

Mon sein, tu as pris toute la place
Dans ma jeune vie, dans mon espace
Tu es devenu seul épicentre
Du séisme qui secoue mon ventre,

Mon sein, je te soigne
Les examens en témoignent
Les tumeurs peu à peu s'envolent
Tous nos cœurs en raffolent !

Il est de nouveau l’heure du bloc opératoire
Alors, mon sein, je te dis au revoir
Je vais devoir apprendre à être à l’aise
Avec cette nouvelle prothèse…

Mon sein, autrefois grâce et beauté
L’emblème de ma féminité
Tu imploses au plus près de mon cœur
Comme un pavé au milieu des fleurs

Le reflet ne sera plus le même
Face au miroir, je demeure blême
Les lignes d’ombre ont évolué
Il va falloir m’y habituer,

Ultime pas, cette dose de rayons
Pour tous les jours, quel drôle de compagnon
De celui qui vous prend par la main
La main mise sur votre destin…

Et puis tous ces tatouages
Comme un rappel pour chaque âge
De tout ce que j'ai vécu
Tel un soldat qui a combattu.

Alors que le monde qui m’entoure
Inexorablement fait son tour
Sous les yeux de ceux qui me sont chers
Je lutte au plus profond de ma chair

Après tous ces mois de combat
À enchaîner tous ces katas
Ma force, mon Amour, c'est toi
Merci de m'avoir consolée tant de fois.

Mon petit bout, mon bébé
Tout plein de courage tu m'as donné
Je serai toujours là
Pour guider tes petits pas.

Avec ce corps désormais plus sain
Il est temps de continuer notre chemin
À surfer chaque jour sur la vie
Comme une âme heureuse qui rit,

Il est des batailles nécessaires
Que l'on ne peut gagner en solitaire
À ma famille, amis, thérapeutes et médecins
Je dédie ce poème à quatre mains.

Marion Cousinet et Laurent Ayçaguer
Octobre 2018
 
Triple negatif
 
 
 

Ajouter un commentaire