Ensemble... extraits

ENSEMBLE est le fruit goûteux et savoureux de collaborations artistiques amicales, de très belles rencontres. Une seule contrainte: le plaisir. De partager, de créer, de surprendre. Peu importe l’outil et la forme. 

ENSEMBLE c'est 138 pages de de nouvelles, de poésies, d'illustrations et un CD de 9 chansons (dont j'ai écrit les paroles) offert.

ISBN  978-2-9546974-0-6, dépot légal décembre 2013, P.L.AY éditions. playeditions@orange.fr

  1. Pour le commander... c'est ici (cliquez sur la photo) --->  Ensemble

Pour écouter les extraits musicaux ---> Allez tout en bas de cette page...  

 

*********************************************************************************************************

MA MERE M’AIMAIT

Ma mère m’aimait et elle est morte. Je n’y voyais forcément aucun lien de cause à effet ! Non, je gardais juste ça dans ma boîte à douceurs, celle à n’ouvrir qu’en cas d’extrême urgence, de crise de manque de confiance aigüe.

L’amour n’a jamais protégé de la mort, il aide juste à vivre. Alors de temps en temps je goûtais ça comme j’aurais laissé fondre un morceau de chocolat noir sur la langue, amer mais sucré à la fois, rassurant bien qu’éphémère.

Car moi je vivais.

Je n’en étais pas forcément consciente et pourtant j’étais bel et bien là. Debout, active, aimante. À faire tourner la boutique, à gérer la famille, à m’occuper de lui. Je l’aimais. Il était tout ! Si brillant à mes yeux que le reste paraissait forcément fade. Y compris moi.

Je pensais à tout ça devant mon café du matin, celui que j’aimais prendre toute seule ! Le corps si détendu, comme encore enveloppé de ses habits de nuit, gourmande de cette journée toute neuve, de ce temps encore vierge que je remplissais et construisais à ma guise.

Tout cet agencement soigneusement réfléchi sauterait dès l’instant où le reste de la maison reprendrait vie mais là, bercée par le chuintement de la cafetière, je laissais mes pensées glisser comme un flux continu de nuages et observais au bout de mon gros orteil droit une babouche que je balançais.

Tiens, justement, les babouches ! Un souvenir heureux sur la fragilité des choses, sur l'équilibre subtil de la vie. Des vacances, avec deux amies en Tunisie. Tranquilles, festives. La récompense d'une année de travail, de quotidien. Et puis sur un marché un inconnu qui passe. Comme une image sur laquelle on accroche sans raison apparente. Mais qui s'obstine, qui obsède. Un sourire, un regard et quelque chose qui se dessine.

L’inconnu s'approche. Il ose. Il s'adresse à vous de façon cordiale. Les deux copines sont restées à l'hôtel. Pour une petite trêve. Vous ne savez pas pourquoi mais quand il vous offre le thé à la menthe vous acceptez. Vous vous sentez irrésistiblement attirée. Vous perdez la maîtrise. Il est sous la foudre et vous aussi. Sous la magie de la rencontre.

Un peu plus tard, le cœur et le corps déchirés vous rentrez vite à l’hôtel. Non sans avoir rapporté quelque chose de local pour justifier le retard. Des babouches.

Stop ! Assez tergiversé pour aujourd'hui. Retour à la réalité. On ne refait pas sa vie.

Je passais la tasse de café sous l'eau tout en fouillant mes quelques projets en stock. C’était décidé. Aujourd'hui j'allais me consacrer au couloir. Il fallait que je prenne le temps d'arpenter deux ou trois brocanteurs afin d'y trouver un guéridon original à rénover.

J'étais donc délicieusement en train de bâtir l'organisation de ce nouveau jour quand on sonna à la porte. Les mains encore humides j'ouvris, gênée de m'exposer en peignoir sur le seuil, à la vue de tout le monde. C'était la factrice, très en avance sur sa tournée et déjà toute ébouriffée.

Ses joues rosies par l'émotion, elle ne put se contenir très longtemps et m'apprit, en me tendant quelques enveloppes, qu’aujourd'hui dans l'après-midi elle se remariait ! Pour la troisième fois. Qu’elle était heureuse, heureuse… que la vie était belle et que… tiens, elle se permettait de m'embrasser et que… oups elle allait oublier de me faire signer un recommandé, mais vite vite vite… elle voulait finir de bonne heure.

Je me retrouvai de nouveau toute seule, serrant dans les mains qui n'avaient même pas eu le temps de sécher un paquet d'enveloppes.

Je sentais encore autour de moi son effervescence, comme autant de petites bulles qui viendraient me chatouiller le visage et, beaucoup moins subtil, son parfum tubéreux de rose et d’iris qui imprégnait régulièrement notre courrier. Parfum qui ce matin agressait farouchement mon odorat encore endormi.

Cependant, j’enviai l'enthousiasme et la pétulance de cette femme qui d’un coup me fit me sentir si désagréablement raisonnable et mature ! Moi et mes petits projets de la journée, si bien organisée. Comment étais-je devenue aussi « plate » et prévisible ? J'en étais-là de mon introspection quand je remarquai que le recommandé que m'avait remis la factrice portait mon nom de jeune fille !

Le cachet de la poste indiquait que le pli venait de Bordeaux. Ma ville.

Une idée farfelue me traversa l'esprit. Non, impossible. Du domaine du rêve. De la fiction. Lui avais-je d'ailleurs laissé mon nom ? 

LA SUITE DANS... "ENSEMBLE"
***************************************************************
ETE, HIVER
L’été

La mer, le ciel, l’envie

L’hiver

L’amer, le fiel, l’ennui,

 

L’été

Les chants, les blés, l’éros

L’hiver

Méchant, les plaies, les bosses,

 

L’été

Des jeux, des fous, des nuits

L’hiver

Dégueu, dégoût, détruit,

 

L’été

L’amor, les fleurs, l’écrit

L’hiver

La mort, les pleurs, les cris

 

L’été

Le show, les mots, l’éclat

L’hiver

L’effroi, les maux, le glas

 

L’été

Dessert, désir, des lits

L’hiver

Désert, des ires, des lies…

L’été

L’intime, et toi et moi

L’hiver

L’infime, et moi sans toi.

 

Cet été

Nous marchions main dans la main

Cet hiver

Tu as pris d’autres chemins. 

*************************************************************************************************

Ont participé à ce magnifique projet : P.MORENO, ARMELLE, NELLY BRIDENNE, BENOIT FAURIE, MARJOLAINE ….., POUTCH, B.M., EMILIE UTHURRY, CHRISTIAN SALLABERRY, ZORICA, FRANCOISE MEYNIER, PIERRE YVES F., HELENE SAULIERE, CATHY BIGOTTO, PIERRE CAZENAVE, P-YO, ALEX SUMMER, FABY, BERNARD T., LAURENCE MOUSSAUX, CORINNE IBANEZ, ISABELLE JAURY, VAVA, CHRISTIAN JON, ANNIE MIRAMON, MICHEL MARC, MARINE A., K.KI, OPHELIE CHANTAL, KEVIN GATBELE, Le groupe OILARRAK, PHILIPPE LECHEVREL, Et mes trois belles… MURIEL AYCAGUER, AMELIE AYCAGUER, FANNY AYCAGUER

 

Les secrets de fabrication...

Cet objet se veut être la « matérialisation » de collaborations artistiques amicales.

Il a été élaboré avec des amis, des auteurs et des musiciens que j’apprécie et avec qui l’envie de partager était profonde. Il m’a permis de sortir de mes sentiers rabattus de l’écriture, de rendre l’aventure créative moins solitaire, de me faire surprendre et de renouveler un peu les atours de mes muses.

Quatre types de collaboration :

-          Le texte coécrit. « L’autre » choisissait la forme (nouvelle, poésie) et démarrait. Je poursuivais, puis « l’autre » reprenait… jusqu’à convenir ensemble que le texte était terminé. Qu’il nous plaisait, qu’il correspondait à nos attentes, à nos espoirs.

-          L’illustration : je proposais un texte et l’illustrateur, librement, croquait ce qui lui passait par la tête. Une façon pour moi de saisir la perception d’un lecteur.

-          Le texte Facebook : je postais sur Facebook deux vers et les « amis » proposaient la suite. Puis je compilais l’ensemble et m’inspirais des vers pour rédiger une poésie aboutie.

-          La collaboration musicale : sur commande en principe, les musiciens me confiaient leurs mélodies, leurs envies. Je rédigeais une poésie qu’ils transformaient en une… chanson.

Du bonheur, du partage, des rencontres, de l’inédit que je vous invite à parcourir ou écouter ici.

*************************************************************************************************

Quelques extrait musicaux du CD offert dans ENSEMBLE  

Pour commander "ENSEMBLE" cliquez ici --->  ENSEMBLE 

Ou bien téléchargez le bon de commande ci-joint (frais de port offerts)

http://laurentaycaguer.e-monsite.com/medias/files/completez-votre-collection-coupon-commande-2017.pdf

 

  01- P-YO-comme-un-alleluia.wav 01- P-YO-comme-un-alleluia.wav

  02 - BENOIT FAURIE - à-travers-champs 02 - BENOIT FAURIE - à-travers-champs

  03 - EMILIE UTHURRY - Autant-d'ecart 03 - EMILIE UTHURRY - Autant-d'ecart

  04 - VAVA - Un-homme-marche 04 - VAVA - Un-homme-marche

  05 - PIERRE YVES F. - Lolita 05 - PIERRE YVES F. - Lolita

  06 - EMILIE UTHURRY - Le-vent-de-l'automne 06 - EMILIE UTHURRY - Le-vent-de-l'automne

  07 - OILARRAK - Amodiaren-koloreak 07 - OILARRAK - Amodiaren-koloreak

  08 - OILARRAK - Ene-maitea-izarren-artean-doa 08 - OILARRAK - Ene-maitea-izarren-artean-doa

  09 - VAVA - Le-rap-du-faineant 09 - VAVA - Le-rap-du-faineant

 

 
  1. COMME UN ALLELIUA
Paroles : Laurent Ayçaguer ; Musique et chant : P-YO
Site P-YO = http://www.p-yo.fr/
 
  1. A TRAVERS CHAMPS
Paroles : Laurent Ayçaguer ; Musique : Benoit Faurie 
Chant : Marjolène Taris et Amélie Ayçaguer
 
  1. AUTANT D’ECART
Paroles : Laurent Ayçaguer 
Musique et chant : Emilie Uthurry
 
  1. UN HOMME MARCHE
Paroles : Laurent Ayçaguer et Vava 
Musique et chant : Vava
 
  1. LOLITA (Stella By Starlight)
(Ned Washington / Victor Young) © Sony/ATV Harmony
Avec l’aimable autorisation de Sony/ATV Music Publishing (France)
Paroles : Laurent Ayçaguer et Pierre Yves F
Chant : Pierre Yves F.
 
  1. LE VENT DE L’AUTOMNE
Parloes : Laurent Ayçaguer et Kevin Gatbelé ;
Musique et chant : Emilie Uthurry
 
  1. AMODIAREN KOLOREAK et
Paroles : Laurent Ayçaguer et Christian Sallaberry
Musique et chant : Oilarrak
 
  1. ENE MAITEA IZARREN ARTEAN DOA
Paroles : Laurent Ayçaguer et Christian Sallaberry
Musique et chant : Oilarrak
 
  1. LE RAP DU FAINEANT
Paroles : Laurent Ayçaguer ; Musique et chant : Vava
 

 

 Page d'accueil                                 La boutique 

(que l'on effeuille)                     (aux livres magiques)

 

Definitif cathy les mots 

Commentaires (2)

laurentaycaguer
  • 1. laurentaycaguer (site web) | 14/01/2014
Merci beaucoup à vous...
rebillard
  • 2. rebillard | 21/12/2013
immobile, été hiver,faux semblants,...
nouvelle, poésie, nouvelle, toujours aussi belles et tellement réelles que l'envie de vous lire reste pour moi toujours réjouissant et éblouissant...
une lectrice.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau