TOUSSAINT

TOUSSAINT

J’ai pleuré sur un vieux tombeau
Constellé de vers de Rimbaud
Enchanté par autant de rimes...
Que la douleur rendait sublimes,
J’ai posé ma main sur la pierre
De ce sinistre monument
Je connais aujourd’hui sur terre
Plus de gens morts que de vivants.

À Toussaint
L’âme impose le courage
À Toussaint
Tout est soupir, tout est orage.

J’ai prié au soleil couchant
La mémoire de mes parents
Dans les allées des cimetières
La vie devient plus éphémère,
Entre épitaphes et caveaux
Dernière demeure des miens
J’ai recraché tous les sanglots
Que je contiens au quotidien.

À Toussaint
L’âme pose ses nuages
À Toussaint
Tout est honneur, tout est hommage.

J’ai traîné ma mélancolie
À ressasser ainsi ma vie
Moi le survivant inutile
Moi le naufragé en exil,
J’ai cité des mots de Prévert
Sur la stèle d’amis défunts
Aujourd’hui vieux loup solitaire
Sans eux je me sens importun.

À Toussaint
L’âme implose sans ambages
À Toussaint
Tout est plus noir, tout est ombrage.

 

Extrait de "POUR QUELQUES VERS DE TROP" 

http://laurentaycaguer.e-monsite.com/pages/pour-quelques-vers-de-trop.html

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau